Conférence du Docteur Jean Yves GIORDANA « Stigmatisation et discriminations des malades psychiques. Comment identifier, mesurer et réduire la stigmatisation et l’autostigmatisation?

Catégorie de l'événement : Conférence-Débat

Horaires : 18h

Type de lieu : Structure culturelle (médiathèque, bibliothèque, Maison des jeunes et de la culture, Cinéma, MJC, Théâtre etc..)

Adresse :

Audithorium du Grand Avignon Avenue Guillaume de Fargis
84130 Le Pontet
Vaucluse Provence-Alpes-Côte d'Azur

Description :

Gratuit, tout public. Renseignements au 06 42 94 17 87
Participation de la librairie «La comédie humaine »
Inscription au https://fr.surveymonkey.com/r/WGRMHJZ

Une des problématiques majeures auxquelles sont confrontés les professionnels oeuvrant dans le champ de la santé mentale concerne le sort que fait la société aux malades psychiques.
Il résulte de la réticence dont fait preuve le corps social à leur égard, une succession d’obstacles qui se dressent dans leur vie quotidienne. L’impact de la stigmatisation et de la discrimination sur leur état de santé et leur parcours de soins a été particulièrement signalé par l’organisation mondiale de la santé dans différents rapports.
De nombreuses études montrent clairement que les personnes ayant une maladie psychique expérimentent très souvent des situations de discrimination négatives et tout particulièrement dans leurs relations avec les membres de leur famille et avec leurs proches mais aussi pour rechercher ou conserver un emploi, pour rechercher ou conserver des amis ou encore dans le domaine des relations intimes. Un aspect tout à fait important de ces recherches est la mise en évidence d’un comportement particulier des personnes interrogées et qui consiste à ne pas s’exposer dans des situations où elles pourraient être victimes de discrimination. Cela les amène à se limiter elles-mêmes pour des activités et pour des démarches qu’elles jugent par ailleurs importantes pour elles….
Les stratégies visant à réduire la stigmatisation publique font généralement appel à trois grands registres de communication (protestations – sensibilisation et éducation à la santé – contacts). Mais au fil du temps les grands principes sur lesquels doivent s’appuyer les programmes de lutte contre la stigmatisation ont été définis et des critères précis sont, à présent, reconnus.
Enfin, on assiste, ces derniers temps, au développement de modules psycho-éducatifs destinés à réduire la stigmatisation internalisée, ce qui apparaît être un élément

Contact

PEYRIN
Email : melanie.peyrin@ch-montfavet.fr
Tel : 0642941787